Raconter vos histoires

J’ai déjà écrit que je suis un grand fan des histoires. J’adore les bonnes histoires. Mais j’ai remarqué que nous semblons de plus en plus souvent raconter des histoires de type « mauvaises nouvelles ». Nous parlons de ce qui ne va pas, de ce qui doit être corrigé, de la gravité de la situation et de ce genre de choses. Nous semblons nous concentrer sur ce qui ne fonctionne pas à la place de ce qui fonctionne.

Je suppose que c’est un peu la nature humaine. Même si nous obtenons 90 % de rétroaction positive, nous avons tendance à être obsédés par les 10 % qui n’étaient pas si bons, mais je pense que dans l’église, nous devons combattre cette tendance et revenir à raconter de bonnes histoires. C’est une tendance dans l’église. Quand j’étais pasteur, je ne me souviens pas que quelqu’un ait appelé ou passé avec de bonnes nouvelles sur ce que Dieu faisait, et cette tendance continue dans mon nouveau travail. J’entends parler de ce qui ne fonctionne pas, mais pas beaucoup de ce qui se passe bien.

Maintenant, ne m’entendez pas dire que nous ne devrions pas partager de façon appropriée quand les choses ne vont pas bien. En tant qu’Église, nous sommes appelés à porter les fardeaux les uns des autres, à nous élever les uns les autres dans la prière, et à pleurer avec ceux qui pleurent. Le fait de partager cette nouvelle et de laisser les gens prier et nous encourager fait partie intégrante du plan de Dieu pour sa famille telle qu’ils se « côtoient ». Nous devons donc continuer à partager les histoires pas si géniales.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suppose que ce que je nous demande de faire, c’est de ne pas négliger de partager ce que Dieu prépare en nous et autour de nous (encore une fois dans les temps et les lieux appropriés). Nous devons également avoir ces histoires sous les yeux parce qu’elles sont bonnes pour nous et pour d’autres. Tout d’abord, ils nous rappellent que Dieu est à l’œuvre. Avec tant de mauvaises nouvelles tournoyant autour, il est facile d’oublier que Dieu est toujours actif dans notre monde, et nous avons besoin de ce rappel. Nous avons tous besoin de ces rappels. Même si je suis confronté à des choses difficiles (peut-être surtout quand je suis confronté à des choses difficiles), j’ai besoin de rappeler que mon tout-puissant, tout aimant Père Céleste est toujours à l’œuvre dans le monde. Ça me redonne espoir.

Deuxièmement, elle rend gloire à Dieu. Parfois, je me demande si la raison pour laquelle nous ne disons pas à nos « bonnes nouvelles de ce que Dieu fait », c’est que nous avons l’impression de nous vanter ou de nous vanter ou quelque chose du genre (je ne me le demande pas, car j’ai entendu des gens le dire), mais nous ne le faisons pas. Tant que nous racontons l’histoire de ce que Dieu prépare au lieu de faire de nous-mêmes le héros, nous Lui donnons l’honneur et la gloire qui Lui sont dus. Pourquoi ne pas le faire?

Alors, que faisons-nous de ce petit avertissement pour raconter de bonnes histoires? Premièrement, nous reconnaissons le défi qui existe et nous y répondons. Le défi, c’est que vous et moi devrons faire attention à ce que Dieu fait en nous et autour de nous, et nous ne sommes pas toujours bons à cela, mais en tant qu’église, nous devons nous améliorer. Nous sommes censés être des gens de la Bonne Nouvelle, des gens qui apportent l’espoir, des gens qui pointent vers la guérison, la plénitude et le pardon qui est disponible. Alors relevez le défi de front. Cherchez Dieu à l’œuvre. Remarquez-Le. Aidez-vous les uns les autres avec ceci.

Ensuite, faites-le. Avec soin et dans la prière, commencez à vivre cette expérience. Si vous donnez l’exemple, trouvez des façons de faire partager ces histoires aux gens. Si vous avez une histoire à raconter, partagez-la. C’est de l’adoration. C’est pointer du doigt un vrai Dieu qui est vraiment à l’œuvre. C’est ce que nous sommes censés faire. Qui sait qui sera encouragé? Qui sait qui sera rapproché de Dieu? Qui sait qui voudra en entendre plus et quelles portes seront ouvertes? Racontez vos bonnes histoires. Nous en avons besoin.

Une dernière pensée. Lorsque vous commencez à recueillir vos « récits de Dieu », gardez à l’esprit l’église plus grande. Si vous avez une grande histoire de ce que Dieu fait pendant que vous et votre église répondez à l’appel de Dieu de prendre la responsabilité de vos communautés, partagez-la avec nous. Mon amie Alison aimerait t’aider à raconter ton histoire au reste de ta famille FM, et me laisser un mot. J’adore les bonnes histoires et j’ai hâte d’en entendre davantage.

 

 

 

 

Marc McAlister
Directeur du Développement Leadership et de la Santé de l’Église
Église Méthodiste Libre du Canada

 

ajax-loader