Les choses dérivent rarement vers le bien et la santé

Alors voilà une chose que j’apprends lentement, et ça paraîtra évident mais reste avec moi.

J’ai une grande famille. Ce que j’ai remarqué, c’est que lorsque les choses se corsent dans ma famille, cela a un effet sur moi. Maintenant, quand je dis cahoteux, je ne veux pas seulement dire entre nous. Cela pourrait être quelque chose dans leur vie, mais ça me touche quand même, et ça devrait. Je ne me plains certainement pas de cela. Même quelque chose qui n’est pas cahoteux mais qui est le changement ondule à travers ma vie.

Encore une fois, c’est ainsi que les choses devraient se passer. Je suis un mari, un père et un fils, et ce sont tous des rôles que Dieu m’a confiés et que je dois assumer. Ce qui nous amène au problème que je remarque. Lorsque les choses se passent bien (tout le monde est bon, il n’y a pas de changements ou de défis majeurs), je peux facilement cesser de prêter attention à ma famille. Les choses vont bien, tout le monde va bien, ils n’ont pas besoin de moi. Je peux me concentrer sur d’autres choses. Cela peut être mon processus de pensée si je ne suis pas prudent.

 

Sauf que les choses ne se passent pas bien. La vie arrive. Il y a des bosses. Si je n’ai pas été attentif, et si je n’ai pas été activement engagé dans les rôles que Dieu m’a donné, je me retrouve à faire des pieds et des mains pour rattraper parce que j’aurai manqué quelques détails en cours de route. Je ne serai pas tout à fait au courant de tous les facteurs et de toutes les facettes. Donc je ne peux pas être aussi efficace pour écouter ou aider ou aimer ou servir ou quoi que ce soit d’autre peut être nécessaire de moi.

Maintenant, au-delà de me juger en tant que membre de la famille, vous vous demandez peut-être : « Qu’est-ce que cela a à voir avec la santé de l’Église? » Je pense beaucoup. Permettez-moi d’expliquer.

Je trouve que les dirigeants et les gens qui s’occupent du ministère sont souvent tentés de ne pas prêter autant d’attention qu’ils le devraient lorsque les choses avancent. Il devient facile de s’y retrouver. Nous devenons moins susceptibles de poser des questions difficiles ou d’évaluer ce qui se passe réellement. Nous n’invitons pas l’observateur externe à observer et à commenter. Nous continuons à faire ce que nous faisons, et il se peut que nous manquions quelque chose en cours de route.

Cela peut être vrai pour chaque ministère auquel nous participons, et c’est certainement vrai pour l’Église. Je l’entends tout le temps. « Tout va bien. Nous n’avons pas besoin de parler au formateur régional. Les gens sont toujours là, alors nous n’avons pas vraiment besoin de l’évaluer. Nous faisons beaucoup de choses. Nous n’avons pas besoin de faire un plan de vie. Donner est toujours bon, alors nous allons bien. Nous n’avons pas besoin de changer. Soit dit en passant, certaines études montrent que l’évaluation de la santé par le don n’est pas une excellente idée. Souvent donner est la dernière chose à décliner quand l’insalubrité s’installe dans une église, mais une fois qu’elle décline, les choses sont dans un mauvais sens et il peut être trop tard.

Donc le ministère où l’église dérive, et les choses dérivent rarement vers de bons résultats sains. Je ne vais pas dériver vers être le père ou le mari que Dieu m’appelle à être. Votre ministère / église ne dérivera pas vers la santé robuste. Alors maintenant, même si les choses vont bien, engagez-vous à lutter contre la dérive. Engagez-vous à ne pas marcher parce que les choses semblent bonnes. Par tous les moyens, célébrez les bonnes choses que Dieu fait dans et par votre ministère/église, mais ne vous contentez pas pour assez bon. Faites attention à ce qui se passe autour de vous. Posez de bonnes questions. Évaluez et planifiez. Demandez à des gens de l’extérieur de parler de ce qui se passe. Utilisez des outils comme Lifeplan et des ressources comme votre Coach régional et priez et cherchez à diriger Dieu afin que votre ministère / église peut être tout ce qu’il a appelé à être.

Même si les choses vont bien maintenant, faites attention pour que les bosses ne vous obtiennent pas.

 

 

 

 

Marc McAlister
Directeur du Développement du Leadership et de la Santé de l’Église, L’Église Méthodiste Libre du Canada

ajax-loader