Comme Vous

Comme vous, j’en ai assez de cette pandémie et je veux qu’elle cesse. J’en ai assez d’entendre les slogans « une nouvelle normalité » ou « une nouvelle réalité ». Je comprends pourquoi les gens utilisent ces slogans parce que, comme moi, personne ne sait quoi faire ensuite. Personne n’a été en mesure de nous dire où nous devons aller. Ainsi, chaque nouveau défi qui se présente au coin de la rue se heurte à la nouvelle norme.

Comme vous, je suis fatigué de l’écran de toutes les réunions et services en ligne. En tant que pasteur, je ne suis toujours pas à l’aise de prêcher à l’écran et je souhaite être de nouveau avec les gens. Ça me manque de nous entendre vénérer ensemble. Ça me manque de me saluer avec des poignées de main et des câlins. Les conversations ad-hoc sur la vie des gens me manquent et les insultes à ceux qui encouragent une équipe sportive différente. La plupart de mes conversations ont été réduites à la résolution de problèmes.

Comme vous, j’avais des projets au début de cette année qui ont disparu comme la rosée le matin quand le soleil se lève. Je me retrouve maintenant à construire le pont alors que je le traverse avec l’espoir qu’il m’amène de l’autre côté en toute sécurité sans savoir à quoi l’autre côté ressemble ou a en réserve pour moi.

Comme vous, j’ai réalisé que cette pandémie ne disparaîtra pas. Je pensais que d’ici l’été, nous verrions la fin de la pandémie de COVID-19 et que nous pourrions poursuivre notre mode de vie. Lorsque cela ne s’est pas produit, je pensais que l’automne serait le moment, parce que c’est à ce moment-là que l’Église commence son année de ministère, mais c’est peu probable parce que c’est l’automne, et en Ontario, nous faisons marche arrière et nous réduisons le nombre de personnes qui peuvent se réunir.

Comme vous, je pleure ce qui a été, et j’espère ce qui sera parce que quand notre environnement change, ce qui est essentiel monte au sommet. Le Seigneur a dit cela à Jérémie quand Israël allait en exil. « Construire des maisons, planter des jardins, avoir des enfants et pratiquer le culte. » Continuer de mettre l’accent sur ce qui est essentiel.

Comme vous, je vois beaucoup d’activités, d’événements et de programmes qui distrayaient l’Église de sa mission fondamentale. Je vois que le bâtiment n’est plus le point central de l’église parce que les gens apprennent que les relations sont plus importantes que le rassemblement dans un bâtiment. Je vois des églises consacrer plus de temps aux soins et à la communauté et pas seulement à la préparation du service dominical.

Comme vous, je vois des familles jouer un rôle plus important pour la croissance spirituelle de la prochaine génération parce que les parents ne sont plus en mesure de laisser leurs enfants dans un programme de ministère en milieu de semaine. J’ai passé un bon moment pendant la quarantaine, en passant du bon temps avec mes enfants adultes et ma femme, Christa. Christa et moi avons construit un mariage plus fort parce que nous avons survécu à trois grands projets de maison ensemble pendant la quarantaine.

Comme vous, je vois l’Église s’engager davantage à dénoncer les injustices qui se produisent dans nos communautés. Vouloir s’associer à l’Esprit pour amener le Royaume et la Volonté de Dieu sur la terre comme au ciel. Je vois que nous comprenons que l’Évangile de Jésus est plus que le pardon. Il ne suffit pas de pardonner et d’accepter que l’injustice existe. Cette réponse nous laisse dans la destruction.  Jésus apporte la liberté, la guérison et la restauration et c’est notre rôle.

Comme vous, je vois l’église revenir pour être l’église imaginée par Jésus.

 

Par Dennis Ball
Formateur régional pour le Centre de l’Ontario et pasteur principal à l’Église Méthodiste Libre Bramalea

 

ajax-loader