Attention, pas dedans

J’ai récemment participé à un webinaire sur les mesures de santé de l’église locale organisé par un ministère international. L’idée était de jeter un coup d’oeil aux choses que les églises et les dirigeants devaient faire attention dans un paysage post-pandémique. Je ne suis pas ici pour parler du webinaire ou du ministère. C’était bien, et ils ont fait valoir des arguments valables, mais c’est ce qu’ils ont omis de mentionner qui m’a préoccupé.

Un des points qu’ils ont fait valoir était que la présence en personne peut ne pas être la meilleure mesure de la santé de l’église dans un avenir immédiat. Il faudra du temps pour que certaines personnes se sentent à l’aise de revenir, et certaines ne reviendront peut-être jamais, mais cela ne signifie pas qu’elles ne seront pas engagées dans la vie de l’église.  Ils ont donc suggéré que les églises mesurent des choses comme l’engagement en petits groupes et les chiffres de conversion. Il n’y a rien de mal à cela, mais en écoutant le webinaire, j’ai remarqué que la plupart des choses qu’on nous demandait d’examiner ou de compter étaient des choses internes. Il n’a pas été question de mesurer ou d’examiner l’engagement communautaire ou les « tasses d’eau froide » auxquelles les églises, les particuliers et les groupes devraient participer. Il semblait que la plupart de ce à quoi nous devrions prêter attention était ce que nous faisions pour nous-mêmes (les gens déjà à l’intérieur).

 

Je sais qu’on pourrait faire valoir qu’en prêtant attention aux conversions et aux mesures du discipulat, l’Église prête attention à l’engagement communautaire et au ministère. Le problème, c’est que si nous n’accordons pas une attention particulière à la façon dont l’engagement avec et le ministère envers ceux qui ne sont pas à l’intérieur, nous perdrons de vue le fait qu’ils doivent se produire. La dérive pour nous tous est toujours de prendre soin de nous-mêmes et de nos amis qui fréquentent l’église avec nous. Nous pouvons être très occupés à faire cela, et nous pouvons oublier notre mandat d’aller faire des disciples.

La participation et le ministère de nos collectivités ne se font pas simplement parce que nous avons un programme en place ou que nos portes sont ouvertes. Il faut le planifier et en faire une priorité. Il faut nous le rappeler et nous y inciter. Cela fait partie de l’engagement d’une église qui rend hommage à Dieu, et ce n’est pas facultatif, mais à moins que nous planifions pour cela, nous ne le mesurerons jamais.  Nous ne verrons jamais si nous sommes efficaces. Je voulais que le webinaire le mentionne, pour qu’il soit sur nos radars.

Je suppose que c’est ce que je fais. Je l’ai sur nos radars. Au fur et à mesure que les conseils d’administration des Églises et les responsables des ministères se penchent sur ce que l’Église locale doit faire à l’avenir, j’espère qu’ils posent des questions et qu’ils planifient le ministère de leur communauté. Cela fait partie de ce que fait une église saine.

Je ne veux pas parler uniquement des conseils et des comités. Vous et moi, nous sommes l’église, alors que nous évaluons tous à quoi ressemble notre Dieu honorant la vie vécue une fois que nous entrons dans la réalité post-pandémique, j’espère que nous posons tous des questions sur ce que cela signifie pour nous, en tant que disciples individuels du Christ d’aller faire des disciples, ou d’aimer notre prochain, ou d’être un travailleur dans la moisson. Jésus a dit beaucoup de choses qui indiqueraient que nous devons être impliqués dans le ministère de notre communauté aussi. Cela fait partie de ce que fait un disciple sain qui se fait disciple.

 

Marc McAlister

Directeur du Développement du Leadership et de la santé des Églises
Église Méthodiste Libre au Canada

 

ajax-loader